Les 35 ans qui ont transformé l’Espagne et le Portugal

Le 12 juin 1985, les deux pays ibériques rejoignent le rêve européen en signant leur adhésion au CE

Felipe González signe le traité d'adhésion de l'Espagne aux CE, le 12 juin 1985, sous l'œil vigilant du roi Don Juan Carlos

Felipe González signe le traité d’adhésion de l’Espagne aux CE, le 12 juin 1985, sous l’œil vigilant du roi Don Juan Carlos

Le 12 juin 1985, l’Espagne et le Portugal ont signé le traité d’adhésion aux Communautés européennes, des cérémonies ayant lieu le matin au monastère des Hiéronymites à Lisbonne et l’après-midi au palais royal de Madrid. Ils sont devenus partie intégrante du projet politique le plus extraordinaire de la seconde moitié du 20e siècle. Pour nos deux pays, cette adhésion est confondue avec la démocratie: l’ adhésion à la CEE d’alors ne serait pas possible sans démocratie; et la démocratie serait très fragile, et peut-être incertaine, sans adhésion.

La révolution de 1974 au Portugal a ouvert la voie à des élections constituantes et à une nouvelle Constitution. Le premier gouvernement constitutionnel, présidé par Mário Soares, a immédiatement demandé, en 1976, que le Portugal adhère au marché commun. Le gouvernement de Sá Carneiro et de Freitas do Amaral, en 1980, a relancé le processus, qui, entre-temps, l’instabilité gouvernementale avait paralysé. Bruxelles définirait bientôt que le Portugal et l’Espagne entreraient à la même date, si le processus espagnol, qui avait commencé plus tard, se déroulait à un bon rythme . Cela s’est produit, toujours dans un gouvernement présidé par Mário Soares.

En Espagne, la transition a commencé en novembre 1975 avec la mort de Francisco Franco et sa succession à la tête du roi Juan Carlos I. En 1977, les premières élections démocratiques ont eu lieu et le gouvernement d’Adolfo Suárez a demandé l’ouverture de négociations ils ont été acceptés la même année. En 1978, la nouvelle Constitution a été approuvée et en 1979, des négociations ont commencé avec Bruxelles, poursuivies par le gouvernement de Leopoldo Calvo-Sotelo et conclues par celui de Felipe González.

Après 35 ans, plus de la moitié du temps depuis le début de l’intégration en 1957, l’Espagne et le Portugal peuvent être considérés comme faisant partie des fondateurs. Nous sommes deux des douze premiers. Nous faisons partie de la redéfinition que l’Union européenne a engendrée en 1992. Nous faisons partie du changement entraîné par la chute du Mur. Nous faisons partie des promoteurs des grandes expansions du début du 21e siècle.

Aujourd’hui, nous sommes loin de cette ère d’enthousiasme. Nous traversons des moments d’hésitation, de division et de difficulté. Nous devons nous demander sérieusement, avec un esprit ouvert, ce qui a généré le Brexit. Qu’avons-nous fait aux Britanniques pour que la majorité décide de partir, 44 ans après qu’ils étaient avec nous? Qu’a fait l’UE pour ne plus être une promesse pour eux? Qu’avons-nous fait pour gagner le scepticisme, l’incrédulité et la déconnexion?

Il est important de restaurer le rêve européen. Premièrement, il est important de protéger la cohésion et la confiance entre tous. Avec la chute du Mur, en 1989, le projet européen a changé de nature et de vocation: il a cessé d’être un club fermé pour prétendre être le mode original d’organisation politique et économique du continent européen à l’ère de la mondialisation. Un modèle qui doit également continuer d’être un phare de civilisation et de progrès pour d’autres régions du monde.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *